www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 54

Vous êtes actuellement : Débuts de carrière (M1, M2, PES...)  / Concours et étudiant.es 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
18 décembre 2020

Le Parcours Préparatoire au Professorat des Ecoles (PPPE)

Début octobre, lors d’une réunion au MEN, les organisations syndicales ont appris la mise en place d’un nouveau dispositif de formation : le Parcours Préparatoire au Professorat des Écoles (PPPE). Lisez les explications et analyses.

Le PPPE sera un parcours de licence généraliste, proposé aux futurs bacheliers dans Parcoursup dès 2021 et opéré à la fois en lycée et en université.

Ces parcours préparatoires seront ouverts dès la rentrée 2021 pour des promotions de 30 à 40 étudiant.es pour chaque parcours. Ils seraient diplômants, aboutiraient à un diplôme national de licence généraliste, avec un débouché sur le master MEEF.

La commission qui s’est réunie le 1er décembre 2020 au M.E.S.R.I. a labellisé 25 Parcours préparatoires au professorat des écoles, couvrant 23 académies. Sur l ’académie de Nancy- Metz, un partenariat entre l’Université de Lorraine et le lycée Robert Schuman de Metz sera mis en place avec une mention de Licence de mathématiques.

Un autre appel à manifestation d’intérêt sera lancé en 2021 pour la labellisation de nouveaux projets à la rentrée 2022.

Propositions de répartitions des enseignements entre l’Université et le lycée.

- L1 : 75% lycée – 25% université Rotation de type : 3 semaines lycée /1 semaine université

- L2 : 50% lycée – 50% université Rotation de type : 2 semaines lycée / 2 semaines université

- L3 : 75% lycée – 25% université Rotation de type : 1 semaine lycée / 3 semaines université

Contenus

Des stages sont prévus :

- L1 : stage d’observation de 3 semaines massées en école (avec découverte du collège de secteur) au S2.

- L2 : stage d’observation et pratique accompagnée de 3 semaines massées avec un rapport de stage au S4 (6 ECTS)

- L3 : mobilité de minimum 4 semaines massées à l’étranger (6 ECTS)

- stage de renforcement linguistique à l’étranger pour les étudiant.es ayant besoin de renforcer leurs acquis linguistiques.

- ou stage d’observation d’un autre système éducatif (en langue étrangère) pour les étudiant.es présentant un niveau en langue avéré.

Dans le cahier des charges, il est dit qu’il pourra s’articuler à partir de la L2 avec un parcours d’AED préprofessionnalisation.

Pour notre académie

Ce parcours sera proposé dès la rentrée 2021, les inscriptions sont déjà possibles. La formation en trois ans se déroulera à Metz, à l’UFR MIM et au lycée Robert Schuman.

Pour notre académie, il s’agit d’une formation avec spécialité MATHEMATIQUES. Elle comprend à la fois des enseignements préparant à une licence de mathématiques (à l’UFR MIM) et des modules généraux (au lycée Schuman). Des stages d’observation en classe dans des écoles seront organisés pour une durée de trois semaines les deux premières années.

Peuvent prétendre à cette formation les bachelier.es de la région Grand EST ayant suivi une spécialité mathématiques en première et en terminale (ou option maths).

Nous n’avons à ce jour aucunes informations concernant le contenu exact de la formation ni sur les intervenant.es et encore moins sur le suivi des étudiant.es.

ANALYSE DU SNUIPP

Les organisations syndicales ont été mises devant le fait accompli. Elles ont reçu le cahier des charges de ce dispositif la veille d’un groupe de travail. Le PPPE porte une vision peu ambitieuse de la formation des enseignant.es du 1er degré et au final de l’école primaire. Il présente un vrai risque de dés-universitarisation de la formation et de décrochage avec le 2e degré. Des modules de pré-professionnalisation existent à l’heure actuelle à l’université. Pourquoi mettre en place un autre parcours en parallèle ? Ce parcours affiche une "volonté d’ouverture sociale" mais ne donne aucune garantie concrète pour honorer cette volonté.

La présence de formateurs.trices du 1er degré est très insuffisante dans ce parcours, puisqu’il est noté que des praticien.nes du 1er degré ("par exemple des conseiller.es pédagogiques ou des IEN") pourront intervenir, mais uniquement de manière ponctuelle, sous forme d’ateliers ou de conférence.

Nulle part dans le cahier des charges il n’est fait mention des INSPE. Au vu de la faible part consacrée aux enseignements universitaires, la réorientation pourrait être compromise.

D’autres inquiétudes existent :

Quels seront les contenus des enseignements pour la partie lycée ? Qui les définira ? Comment s’articulera ce parcours avec la licence suivie en parallèle ?

Le SNUipp-FSU porte un autre projet pour les étudiant-.es se destinant aux métiers de l’enseignement.

Les prérecrutements :

- sont indispensables afin de garantir un vivier suffisant, sécuriser les parcours des étudiant.es et démocratiser l’accès au métier.

- doivent être massifs, sans contrepartie de travail

- ouvrir le droit à la retraite

- être contingentés pour répondre aux besoins de chaque académie et garantir une rémunération suffisante pour poursuivre des études et préparer le concours.

- doivent garantir des conditions d’encadrement et de formation pour obtenir le diplôme requis au concours puis réussir le concours.

- intégrer des critères sociaux dès l’entrée en L1 et à tous les niveaux du cursus universitaire, contingentés en fonction d’un plan pluri-annuel de recrutement.

Une fois prérecruté.es, les étudiant.es doivent pouvoir suivre des modules universitaires particuliers disciplinaires, didactiques et pédagogiques, des stages d’observation et de pratique accompagnée, ouverts à tous les cursus universitaires.

Leur objectif serait à la fois de conforter le choix professionnel de l’étudiant-e et de permettre sa réussite au concours. Ces modules ne peuvent se substituer à la formation initiale délivrée après le recrutement.

 

50 visiteurs en ce moment

*Top 51 rue de Metz
54000 NANCY
Tel : 03.83.95.12.02
Mail : snu54@snuipp.fr
Facebook : Snuipp.meurtheetmoselle
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 54, tous droits réservés.