www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 54

Vous êtes actuellement : Carrière  / Promotions, salaires ... 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
18 décembre 2009

La question des salaires n’est pas un sujet tabou !

Le pouvoir d’achat demeure une préoccupation majeure y compris pour les enseignants. De 2000 à 2009, la perte de pouvoir d’achat de nos traitements approche les 10% et ce ne sont pas les mesures prises en 2008 par le gouvernement qui ont répondu à la légitime revendication d’une augmentation des salaires ; elles sont dérisoires : 0,5% en juillet et 0,3% au 1er octobre dernier ! Un « coup de pouce » insignifiant !

Le gouvernement considère désormais comme secondaire la hausse régulière de la valeur du point d’indice et estime que l’avancement à l’ancienneté (ou toute forme d’automaticité dans l’avancement) assure le maintien du pouvoir d’achat mais cela est en réalité faux pour de nombreux fonctionnaires. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il a mis en place la GIPA (garantie de maintien du pouvoir d’achat) pour ceux d’entre nous qui sont bloqués dans leur carrière ou qui ont gagné si peu de points que leur pouvoir d’achat a régressé. Mais la GIPA est piégeante car elle est déterminée sur le traitement indiciaire, elle ignore la situation de ceux qui voient leurs indemnités se réduire parce qu’ils avancent dans la carrière, comme c’est le cas de nombreux professeurs des écoles.

Perte de pouvoir d’achat, écrasement des amplitudes salariales et érosion par le bas des niveaux de rémunération dans la fonction publique sont les conséquences de la désindexation de la valeur du point fonction publique sur les prix. Les rémunérations versées aux agents de l’Etat représentent une part toujours plus faible des richesses du pays. Cette part a diminué de 15% en 8 ans.
De plus, l’affaiblissement de nos rémunérations est amplifié par des politiques qui visent à individualiser la rémunération (mesures incitatives finançant les heures supplémentaires ou primes pour les évaluations CM2 et CE1). Le recours à la notion de mérite ou de performance sert d’ailleurs aujourd’hui d’alibi au renforcement du contrôle hiérarchique.

Pour la FSU, le point d’indice, commun à tous les agents publics au niveau de l’inflation, doit progresser au moins autant que l’inflation et il faut rattraper les pertes, reconstruire les grilles de rémunération.

La question des salaires est un enjeu social et économique. Elle reste donc centrale pour les mobilisations à construire, même dans un contexte de crise économique et de forte montée du chômage.

Emmanuel Degritot

 

11 visiteurs en ce moment

*Top 51 rue de Metz
54000 NANCY
Tel : 03.83.95.12.02
Mail : snu54@snuipp.fr
Facebook : Snuipp.meurtheetmoselle
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 54, tous droits réservés.