www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 54

Vous êtes actuellement : Le syndicat : dossiers  / Archives  / 2007 - Les "Nouveaux" Programmes de De Robien 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
15 mars 2007

Diviser en grande section | Avec De Robien, c’est fastoche !

Exploitant l’avis de l’Académie des sciences, le Ministre de l’Education nationale souhaite introduire les quatre opérations dès la grande section de maternelle malgré une opposition unanime des chercheurs en didactique.

Diviser en grande section | Avec De Robien, c’est fastoche !Exploitant l’avis de l’Académie des sciences, le Ministre de l’Education nationale souhaite introduire les quatre opérations dès la grande section de maternelle malgré une opposition unanime des chercheurs en didactique.

Le Ministre de l’éducation nationale devrait prochainement faire paraître une circulaire modifiant l’enseignement des mathématiques à l’école primaire. Une commission de l’Académie des sciences réunie à son initiative a rendu un avis le 23 janvier dont il s’est empressé de suivre certaines recommandations, en souhaitant introduire les quatre opérations simultanément dès la grande section de maternelle. Pourtant, la commission de l’académie des sciences proposait de soumettre ses recommandations à un débat. Ce bémol n’a pas retenu l’attention du ministre.

« Cet avis a été sollicité dans des délais extrêmement brefs, commente Jean-Pierre Kahane, membre de l’Académie. Le groupe, placé sous la direction de Pierre Léna, a travaillé dans des conditions peu compatibles avec une étude sérieuse. » Le professeur émérite à l’Université Paris-Sud Orsay souhaitait que l’institution se limite à un avis bref et général. « L’implication de l’Académie des sciences dans les questions d’enseignement est ancienne, non pas dans une optique de prescriptions didactiques, mais pour soulever des questions touchant à l’école en les reliant à l’évolution des mathématiques » précise-t-il avant d’ajouter : « Les discussions et les tensions au sein de l’Académie sont également apparues bien avant la rédaction de cet avis. » Aujourd’hui il stigmatise « le caractère imparfait du rapport, les conditions inadmissibles dans lesquelles il a été rédigé, sa nature même ». Pour lui tout cela crée « une sorte d’insatisfaction et milite pour que la réflexion se poursuive, plus sereinement et plus largement, en l’ouvrant à d’autres qu’aux membres de l’Académie ».

D’autres chercheurs mettent l’accent sur les enjeux d’apprentissage et sur les incohérences du projet. Ils envisagent la compréhension de la division par la quasi-totalité des enfants seulement à partir du cycle 3. Comme le souligne Rémi Brissiaud, formateur à l’Iufm de Versailles, « ce n’est pas avant le CE2 que la quasi totalité des enfants est capable d’accéder à une compréhension de la division comme opération permettant de traiter à la fois le partage et le groupement ». De plus, si la notion de division est introduite précocement, les élèves ayant « le plus de difficultés s’enferment dans cette conception de la division-partage. Cela les conduit à échouer dans la résolution des autres problèmes de division ». Roland Charnay, membre du groupe d’experts pour les programmes de l’école primaire en 2002, insiste également sur cette lente maturation de la notion de division du fait qu’elle « résulte d’un long processus, qui s’enracine dans les premières questions traitées dès l’école maternelle et s’enrichit des procédures plus complexes élaborées ensuite au fur et à mesure que les possibilités de calcul des élèves s’accroissent ». C’est ce processus qui permettra aux élèves de construire du sens autour de cette opération.

Une nouvelle fois, après la lecture et la grammaire, Gilles de Robien veut imposer précipitamment une réforme des programmes, jetant le doute dans l’opinion sur les pratiques des enseignants et restant sourd aux apports de la recherche en sciences de l’éducation.


Voir le dossier "Contributions

 

4 visiteurs en ce moment

*Top 51 rue de Metz
54000 NANCY
Tel : 03.83.95.12.02
Mail : snu54@snuipp.fr
Facebook : Snuipp.meurtheetmoselle
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 54, tous droits réservés.