www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 54

Vous êtes actuellement : Métier  / Pédagogie  / Lecture 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
1er décembre 2006

LECTURE : Le rapport qui met les points sur les i !

L’IGEN vient de rendre son rapport sur la mise en oeuvre de l’apprentissage de la lecture au cycle 2. Sans ambiguïté, il confirme que les pratiques enseignantes sont conformes aux programmes et appelle au calme.

Chasse aux fantômes. Le rapport [1] demandé, en septembre dernier, par Gilles de Robien, consacré « à l’application de la circulaire du 3 janvier et de l’arrêté du 24 mars 2006 sur l’apprentissage de la lecture » vient d’être rendu par l’Inspection générale. Le ministre est servi. Le rapport constate en effet « que les maîtres de CP travaillent avec sérieux »,« mettent en place un apprentissage structuré » et « ont engagé le travail sur le code ». Toutefois, les auteurs ne cachent pas que « les dernières semaines ont créé chez les parents comme chez les maîtres un trouble préjudiciable à un fonctionnement serein de l’école ».

Sans ambiguïté, l’IGEN atteste que « ce n’est pas la méthode qui fait la réussite ou l’échec. Les maîtres doivent mobiliser des stratégies et des techniques variées. »

Bien loin, de l’application de la méthode syllabique, le rapport enfonce le clou. « Ribambelle, Ratus, Abracadalire, Mika et Que d’histoires » sont parmi les manuels les plus utilisés dans les classes, des ouvrages d’approche mixte et phonémique. De plus, d’autres enseignants composent avec des supports variés et construisent « un appareil, parfois complexe, qu’ils jugent plus adapté, qu’ils fabriquent et font évoluer en empruntant à diverses sources ». Des choix validés par les rapporteurs de l’IGEN car en accord avec les programmes.

En soulignant quelques points faibles, le rapport renvoie logiquement ces questions aux conditions et contenus de formation continue. Ainsi, « la continuité des apprentissages entre grande section et CP », « la prise en charge de l’hétérogénéité », sont évoquées comme des points délicats à travailler. Idem en ce qui concerne le dosage entre les activités de lecture. Comme pour rappeler au ministre que l’apprentissage de la lecture -et notamment l’accès au sens des phrases et des textes- ne peut résulter naturellement de son décodage, l’IGEN indique que « c’est du côté de la compréhension que l’effort d’explicitation et de formation doit prioritairement porter maintenant ».

Il reste que le climat sur le terrain s’est détérioré. L’impact de la campagne de délation de SOS Education autant que les dérapages ministériels n’ont pas été sans effet : « Les maîtres se sentent sous surveillance ou remis en cause par des parents inquiets ». Très clairement, le rapport recommande que l’on aide « les enseignants à retrouver de la sérénité ». Et de poursuivre, il faut « faire confiance aux maîtres de CP et aux cadres intermédiaires, qui ont montré dans leur immense majorité leur engagement et leur sérieux ». Et « si possible, en communication publique, tendre à corriger les représentations mécanistes qui ont pu s’installer dans le grand public ». A bon entendeur !


PREMIER RECUL ET NECESSITE D’APAISEMENT

Aveu en forme de contrition. Dans une tribune accordée au journal Libération, le ministre Gilles de Robien souhaite que « la créativité pédagogique reprenne tous ses droits ». Les organisations syndicales [2] dont le SNUipp « constatent les signes d’un changement positif dans l’expression du ministre sur les questions liées à la lecture. Elles y voient la conséquence de la mobilisation des personnels et chercheurs enseignants, des corps d’encadrement ».

Dans les faits, la réintégration des chercheurs dans leurs formations résonne fortement. A l’évidence, le ministre cherche à sortir de la polémique qu’ il a lui même déclenché. Pour autant, l’abandon des autres menaces de sanctions doit être confirmé. Dans le Val d’Oise, quatre enseignants qui avaient signé une tribune critique dans le Monde en mars dernier ont subi ce mois-ci une inspection nominative de « contrôle de conformité » sur la lecture se révelant en totale cohérence avec les programmes. La vigilance et la solidarité sont donc de mise. Pour les organisations « les relations de confiance et de coopération entre enseignants, parents et responsables de l’éducation nationale » restent un enjeu. Un défi à relever, en premier lieu, par un ministre rappelant lui même qu’il « exerce une responsabilité ».

[1] http://media.education.gouv.fr/file/39/9/3399.pdf

[2] sgen-cfdt, se-unsa,unsa-education,si.en-unsa, snpden, sup-recherche, fsu, snuipp, nes, snpien, snesup, ferccgt, unsen-cgt.

 

11 visiteurs en ce moment

*Top 51 rue de Metz
54000 NANCY
Tel : 03.83.95.12.02
Mail : snu54@snuipp.fr
Facebook : Snuipp.meurtheetmoselle
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 54, tous droits réservés.