www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 54

Vous êtes actuellement : Actualité 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
18 juin 2020

Réunion avec le DASEN sur la reprise au 22 juin

Le DASEN recevait les organisations syndicales représentatives ce mardi 18 juin matin pour un point sur la reprise complète des écoles au 22 juin.

Le protocole définitif, très nettement allégé par rapport au précédent, est arrivé tardivement mercredi soir (à télécharger ICI). Le DASEN se félicite d’y voir désormais plus clair.

Note : attention, plusieurs IEN et d’autres sources avaient envoyé plus tôt une version "provisoire" du protocole (parfois sans même un mot d’accompagnement ou d’explication). La version finale a apporté plusieurs modifications (allant vers un assouplissement plus grand).

Le protocole

Le DASEN relève les passages stratégiques :

- le non brassage des élèves doit rester un principe central. Les groupes doivent être formés et si possible ne plus changer jusqu’aux vacances, mais ils peuvent rassembler des élèves de plusieurs classes ou groupes précédents. On organise donc ensuite tous les temps d’école pour éviter que les groupes ne puissent se rencontrer (horaires décalés pour les entrées/sorties si possible, les passages aux toilettes, en récréation, les circulations dans les espaces collectifs, etc.)

- les règles de distanciation sont très assouplies et ne sont plus que "facultatives".

En maternelle, la distanciation ne s’applique plus (ni en intérieur, ni en extérieur), sauf entre groupes différents (cf règle du non-brassage)

En élémentaire, la priorité est l’accueil de tous les élèves, donc la distanciation ne s’applique qu’en intérieur et dans la limite des possibilités : si les contraintes matérielles d’une classe ne permettent pas d’assurer 1 m entre les élèves, on prend quand même tout le monde et "on fait au mieux" pour les distancier le plus possible (cette expression revient malheureusement très très souvent ces derniers temps)...

En collège, comme en élémentaire, on essaye de respecter la distance entre chacun.e et lorsque ce n’est pas possible, les élèves portent leurs masques.

- le nettoyage , "qui posait des difficultés aux collectivités" selon le DASEN, est lui aussi allégé et ramené à une fois par jour : nettoyage des sols, des surfaces, des sanitaires, jeux, bancs et espaces collectifs extérieurs, ... Les objets partagés (ballons, jouets, livres, jeux, journaux, dépliants réutilisables, crayons, etc.) sont de nouveau autorisés au sein d’un même groupe sous réserve de désinfection quotidienne (ou de mise à l’écart pendant 24h mini)

Pour les personnels

pour le DASEN, les consignes sont claires et reprises dans la fiche 3 de la DGRH mise à jour mercredi (à retrouver en PJ en bas d’article) :

- les personnels "vulnérables", comme l’indique clairement la fiche 3 et les confirmations obtenues ce matin de la part du DASEN, ils.elles ne sont PAS tenu.es de retourner en classe. Par contre, les IEN ont pour consigne de demander aux personnels concernés de produire un nouveau certificat médical (car le DASEN considère que la situation et les conditions ayant évoluées, il souhaite avoir un avis médical "à jour"...).

Comme le dit également cette fameuse fiche 3 (qui rappelle quand même la liste des critères officiels), le médecin n’a pas besoin de justifier sa décision, mais simplement d’indiquer la nécessité du confinement et sa durée. Ce certificat doit bien évidemment être envoyé à son IEN ou supérieur hiérarchique. Les personnels sont alors placés en télétravail si possible ou en Autorisation Spéciale d’Absence (= pas de travail du tout sans perte de salaire).

La possibilité reste ouverte à des personnels vulnérables qui le voudraient de revenir tout de même en présentiel. Dans ce cas, ils.elles doivent produire l’avis de leur médecin traitant (autorisant donc le retour en présentiel), qui le cas échéant peut leur prescrire des masques de type chirurgical. Il faut également en faire la demande écrite préalable à son responsable hiérarchique (IEN). ATTENTION : un personnel signalé jusque là comme "vulnérable" ne peut donc pas revenir en présentiel "comme ça", il faut vraiment un avis médical + en faire la demande écrite à l’IEN.

En aucun cas il ne faut accepter d’être placé en arrêt maladie (sauf à être vraiment malade, évidemment).

-  les personnels vivant avec une "personne vulnérable", par contre, doivent "reprendre une activité sur site"... Ils ne peuvent donc en théorie plus bénéficier du télétravail ou des ASA.

Toutefois, si un médecin établit un certificat médical attestant qu’un agent doit rester à son domicile, quel qu’en soit le motif médical (donc y compris l’accompagnement ou la protection d’un autre membre du foyer), ce personnel peut logiquement bénéficier des mesures prévues pour les personnels vulnérables précisées ci-dessus et dans les mêmes conditions.

-  il n’y a plus d’autorisation de télétravail ou d’ASA pour garde d’enfant sauf dans l’hypothèse où la classe ou l’établissement d’accueil de l’enfant fait l’objet d’une mesure de restriction arrêtée par le Préfet de département ou encore dans celle où pour d’autres raisons (enfant malade ou vulnérable …) l’enfant ne peut être accueilli à l’école et au collège (attestation de l’établissement d’accueil ou certificat médical à fournir).

Remplacements

La DSDEN indique qu’elle fera "tout son possible" pour assurer les remplacements à la fois des personnels en arrêt et de ceux en maintien à domicile. Il y a toutefois fort à craindre que, même si une partie des enseignants actuellement à domicile pourrait reprendre en présentiel, les moyens de remplacements ne soient pas au niveau des besoins dans chaque école. La DSDEN priorisera donc les remplacements sur les situations les plus critiques.

Si votre école se retrouve dans une telle situation, la DSDEN invite à prendre contact directement avec l’IEN de circonscription pour signaler les difficultés et tenter de trouver des solutions... Une fois encore, il s’agira donc de faire "du mieux possible" ! N’hésitez pas à nous solliciter pour ces situations difficiles.

Pédagogie

D’un point de vue pédagogique, le DASEN confirme que ce retour en classe ne doit pas porter d’ambition de "rattrapage" des programmes ou du "temps perdu". L’enjeu est bien de permettre aux élèves et enseignants de reprendre le contact et l’habitude scolaire, mais aussi de faire le point et des bilans sur les acquis des élèves, la préparation de la rentrée et de sa nécessaire adaptation pédagogique (sans pour autant demander d’évaluations exhaustives ou formelles comme les évaluations nationales). Il ne s’agit pas non plus d’un retour "à du 100% de travail pour les élèves", dit le DASEN.

La priorité absolue est désormais au travail en présentiel puisque l’école est obligatoire pour tous les élèves. Mais la DSEN "ne cherchera pas de poux dans les têtes" des familles qui refuseraient de remettre leurs enfants à l’école, il n’y aura pas de "chasse à l’absentéisme".

Toutefois les écoles sont invitées à communiquer aux familles le rappel de ce retour à l’obligation scolaire et les conditions dans lesquelles s’organisera ce retour.

PDF - 143.3 ko
FICHE 3 relative à la situation des personnels actualisée au 22 juin 2020

A lire aussi : article sur le café pédagogique

 

33 visiteurs en ce moment

*Top 51 rue de Metz
54000 NANCY
Tel : 03.83.95.12.02
Mail : snu54@snuipp.fr
Facebook : Snuipp.meurtheetmoselle
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 54, tous droits réservés.