www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 54

Vous êtes actuellement : Le syndicat : dossiers  / Les campagnes  / Les campagnes  / Rythmes scolaires et APC 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
9 octobre 2014

APC : CA SUFFIT !

Le SNUipp-FSU appelle nationalement les équipes à ne pas mettre en œuvre les APC, à utiliser ce temps en temps librement organisé et à ne pas faire remonter les tableaux de contrôle. Il demande aussi que les 108 heures soient laissées à disposition des équipes pédagogiques qui en définiront elles-mêmes les contenus pour permettre une reconnaissance de la globalité de leur travail. Il y a urgence à ce que l’administration reconnaisse enfin la professionnalité des professeur-es des écoles.

On ne changera pas cette école qui reproduit les inégalités sociales sans permettre de rompre avec l’exercice solitaire du métier, avec un temps de travail trop élevé, avec des injonctions éloignées des besoins des élèves...

L’éducation a besoin d’une vraie refondation qui ne se contente pas de réformer les rythmes mais basée sur la justice sociale et la reconnaissance de ses personnels.

La dernière publication de « Regards sur l’éducation » par l’OCDE confirme l’urgence de traiter de la situation des enseignant-es des écoles : un salaire de 17% inférieur à la moyenne de l’OCDE pour une durée annuelle du temps d’enseignement supérieure de 142 heures. Les enseignant-es des écoles sont moins reconnu-es qu’ailleurs en Europe et moins bien traité-es que leurs homologues du second degré. D’une manière générale, ils-elles ont des classes chargées, font beaucoup d’heures, ne bénéficient plus de formation continue et sont mal payé-es. Il est temps que cela change.

Le SNUipp-FSU a interpellé le 18 septembre la ministre de l’Education Nationale pour exiger l’ouverture immédiate de discussions pour la redéfinition de nos obligations de services (ORS), la reconnaissance du travail non pris en compte et une revalorisation salariale. Dans un premier temps les rémunérations et perspectives de carrière doivent être alignées sur celles des enseignant-es du second degré, avec comme première mesure l’alignement de l’ISAE pour tous les enseignant-es du premier degré sur l’ISOE du second degré.

Pour transformer l’école nos conditions d’exercice du métier doivent s’améliorer et notre engagement professionnel doit être pleinement reconnu.

Face aux inégalités scolaires, notre métier est devenu de plus en plus complexe. Il s’exerce dans des conditions difficiles et requiert toujours plus de temps sans que celui-ci soit reconnu. La réforme des rythmes scolaires charge la barque. A cela s’ajoutent des injonctions et des contrôles de la hiérarchie qui pèsent sur l’exercice de notre métier. Parallèlement, la loi de refondation prévoit la création du conseil école-collège, le déploiement du plus de maîtres que de classes, des moins de trois ans, du nouveau cycle III, des nouveaux programmes.... qui sont sources de concertations supplémentaires. Le cadre des 108 heures explose. Les APC, à la limite des temps scolaires et périscolaires, sont le plus souvent vécues comme une contrainte supplémentaire : le travail en petits groupes doit pouvoir se faire sur le temps de classe. Leur intérêt pédagogique est loin d’être partagé. Reliquat de l’aide personnalisée, ce dispositif ne répondant ni à la difficulté scolaire ni à l’ambition d’ouverture culturelle, doit être abandonné.

 

17 visiteurs en ce moment

*Top 51 rue de Metz
54000 NANCY
Tel : 03.83.95.12.02
Mail : snu54@snuipp.fr
Facebook : Snuipp.meurtheetmoselle
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 54, tous droits réservés.